Actualités

Vous êtes ici: Accueil > Centre des Médias > Actualités

Discussion avec vice-président du marketing de Glovo sur les opportunités de la plateforme de service de livraison à domicile en Afrique de l’Est

Publié le:2020-03-03 Vues:

Dans n’importe quel marché, la plateforme pour les services de livraison à domicile est une grande opportunité de l’Internet. Depuis 2015, l’Amérique du Nord, la Chine, l’Inde, et l’Asie du Sud-Est ont toute connu le développement en essor des industries et la concurrence acharnée. En Afrique, la plateforme pour les services de livraison à domicile est aussi un domaine sensible dans l’entrepreneuriat en Internet. Surtout au Kenya en Afrique de l’Est, la généralisation du paiement mobile et de la motocyclette fournit une base essentielle de la télécommunication et du transport pour la plateforme de livraison à domicile.

 

À présent, Uber Eats, Jumia Foodau et Glovo dont on parlera sont les plateformes les plus actives au Kenya. La plateforme Glovo est établie en Espagne en 2015, et est entrée au Maroc en 2018. Et puis, cette plateforme a commencé l’extension au Kenya, en Égypte et en Côte d’Ivoire, et est devenue une entreprise influente dans ce secteur. En décembre 2019, elle a obtenu le financement par capital-risque de série E de 167 millions d’USD, avec financement total de 513 millions d’USD. Cette entreprise est une véritable licorne.

 

Priscilla Muhiu, vieille amie de la Future Hub, est directrice adjointe de marketing de la Glovo pour l’Afrique. Elle s’est chargée de responsables de marketing des entreprises africaines d’Internet comme OLX et Sendy. De fait du ça, elle a bien connu le marché africain d’Internet et les consommateurs africains. Maintenant, laissons entendre son explication sur l’histoire et le futur du secteur de livraison à domicile en Afrique de l’Est.

 

Future Hub : Pourriez-vous présenter brièvement ?

 

Priscilla : Je suis Priscilla, assumant le marketing, surtout du secteur de la technologie. J’ai travaillé dans plusieurs entreprises Hi-Tech pendant les dix ans passés. J’ai travaillé premièrement dans l’industrie de la publicité. Après ma vie universitaire, j’ai travaillé dans une entreprise de publicité. 5 ans après, j’ai participé à la première entreprise Internet, OLX. OLX est une plateforme en ligne de la catégorisation des informations, où j’ai travaillé pendant six ans. Et après, OLX a vendu ses activités au Kenya à Jiji qui est exploitant actuel. Après cela, j’ai participé à une plateforme B2B appelée Sendy, qui fournit des solutions de transport logistique. Et j’y ai travaillé pendant 10 mois. Je me suis jointe à Glovo l’année dernière. Cela fait 11 mois. Glovo est une plateforme de vie locale qui fournit des services de livraison à domicile et de courses pour les consommateurs.

 

Au début, j’étais responsable du marketing de l’OLX au Kenya, et quelques années plus tard, j’ai été promue responsable du marketing pour l’Afrique subsaharienne. La mission de mon équipe est principalement l’extension d’OLX en Ouganda, en Tanzanie et au Ghana. Pour moi, ma responsabilité professionnelle est d’éclairer comment augmenter l’influence de la marque dans les différents marchés, ce qui est très important pour le développement de produits.

 

Future Hub : Vous avez beaucoup d’expérience dans l’autre domaine que la livraison et la logistique, pouvez-vous partager avec nous plus sur l’histoire de ce secteur au Kenya ou en Afrique de l’Est ?

 

Priscilla : Au Kenya, Sendy a été la première entreprise de livraison et logistique et a lancé en 2016 la première plateforme de livraison rapide dans la ville. Au début, les consommateurs et les entreprises étaient les groupes cibles, mais au cours des dernières années, les entreprises sont les principales cibles. D’après la réalité que j’ai vue, ce secteur se développe rapidement, car les consommateurs kenyans sont de plus en plus occupés. Au Kenya, presque les personnes qui travaillent ont un travail secondaire. On est très occupé. De plus, on se marie tôt et a des enfants, donc, on est encore plus occupées. Pour cela, on a donc besoin de tels services pour ne pas être distraits par ces choses triviales. On paie 100 shillings (équivalent à 7 yuans) pour la livraison de la nourriture à domicile, ce qui peut faire gagner beaucoup de temps. En particulier, au cours des deux dernières années, le développement d’Uber Eats et de Jumia Food joue un rôle pour la connaissance du marché. Les personnes s’habituent progressivement à ce modèle.

 

Future Hub : En Chine, les scooters électriques sont utilisés pour la livraison à domicile. Et au Kenya, quels moyens de transport sont utilisés ? Les motocyclettes sont principalement utilisées ?

 

Priscilla : Maintenant, la moto est le principal moyen, mais c’est probable que l’on peut utiliser d’autres moyens de transport. Au Kenya, la congestion du trafic est assez grave, donc les motos sont plus pratiques. Mais si nous avons les scooters électriques à longue durée de vie, qui n’ont pas besoin de la recharge fréquente. Je pense que c’est également faisable. Auparavant, on a voulu coopérer avec nous pour fournir les scooters électriques, mais elles doivent être rechargées en circulant de 20 kilomètres. Donc, nous avons besoin de scooters électriques qui durent plus longtemps. En plus de la dérivation causée par la congestion fréquente du trafic, le système d’adresses kenyan n’est pas parfait. Parfois, il est très difficile de contacter les clients et de trouver l’adresse.

 

Future Hub : Vous estimez que le marché de livraison à domicile en ligne sera à quelle taille ?

 

Priscilla : Ça dépend. Nous prenons la classe moyenne pour l’exemple. À Nairobi, il y a une population de 500 000 personnes dans la classe moyenne. Si elles passent des commandes une fois par semaine, par exemple, chaque commande est de 1 000 shillings (équivalent à 70 yuans), soit environ 5 milliards de shillings. Ce chiffre de la classe moyenne est seulement la valeur du service de livraison à domicile des nourritures. Donc, dans l’ensemble, le potentiel est assez grand. Mais il y a aussi des connaissances du marché.

 

De plus, du point de vue du développement de l’industrie du commerce de détail, vous constateriez qu’au Kenya, si vous vous rendez au grand supermarché, vous devez payer le stationnement et faire la queue. C’est très gênant. Mais dans d’autres pays, comme l’Europe, il y a un petit supermarché dans chaque quartier. Pour nous, en l’absence de petits supermarchés et de petites boutiques, la demande de services de livraison est très forte.

 

Future Hub : Pourriez-vous nous apprendre à l’utilisation de l’application Glovo ?

 

Priscilla : Il y a deux types d’applications Glovo, l’une pour les livreurs et l’autre pour les clients. Permettez-moi de vous montrer l’application aux clients. Le positionnement de Glovo est de devenir une super-application qui vous fournit tout ce que vous voulez. Dans cette application, il y a les sections, comme « J’ai faim », « Boutiques », « Fête de Glovo », « Livraison express », « Couches », etc.

 

Nous ouvrons la section de livraison des produits de maternité et de bébés, car il y a une forte demande. Par exemple, les clients manquent souvent de couches au milieu de la nuit. Ils ont besoin en toute urgence de produits, nous espérons donc les aider à acheter plus facilement ces produits. Il a aussi des magasins ouverts sur notre plateforme, comme des salons de beauté, le marché Massai (c’est un marché des produits artisanaux). Voyons chaque section.

 

En cliquant « J’ai faim », on peut commander les plats locaux du Kenya, et d’autres restaurants. Le café où nous nous trouvons est également sur cette liste. Dans cette liste, vous pouvez voir sortes de restaurants. À présent, plus de mille restaurants à Nairobi sont liés à la plateforme. Maintenant, nous choisissons Java House, commandons un plat que vous désirez. Ajoutez-le au panier. Vous pouvez modifier ou ajouter les plats choisis dans le panier, par exemple, nous ajoutons le bacon. Et finalement, nous soumettons la commande. Nous passons la commande dont les détails seront montrés ici. Vous pouvez également annuler et modifier votre commande. Si vous souhaitez augmenter le nombre, vous pouvez choisir le signe +, n’ayant pas besoin de revenir en arrière et de choisir à nouveau. Au sujet des méthodes de paiement, vous pouvez payer en espèces ou par carte de crédit. Nous comptons intégrer des portefeuilles mobiles tels que m-pesa dans notre plateforme. Et puis vous choisissez l’adresse à l’envoyer, l’heure de l’envoyer et confirmez enfin la commande. Les livreurs se rendront au restaurant pour retirer les nourritures et les livrer à votre domicile. Vous pouvez aussi suivre vos commandes dans l’application. Nous nous engageons à les livrer en 45 minutes. Au-dessus de 45 minutes, nous compenserons les frais de livraison. Quand vous choisissez les plats locaux, le processus est aussi comme ça.

 

De plus, dans l’application, bien des supermarchés sont aussi disponibles aux clients où l’on peut acheter les matières alimentaires fraîches et les produits quotidiens. Le supermarché Naivas est l’un des supermarchés les plus appropriés par les Kenyans, qui ouvrent plus de 50 branches, avec lequel nous coopérons pour vendre les produits Naivas sur la plateforme Glovo au choix des consommateurs. Vous pouvez acheter tout ce que vous voulez dans ce supermarché. Vous pouvez rechercher des mots clés sans parcourir sur les pages. Dans les magasins Naivas, il y a des acheteurs spécialisés dans le traitement des commandes de la plateforme Glovo. Lorsque vous passez une commande, en utilisant la tablette, ces acheteurs préparez les objets de la commande à l’avance. Cela peut réduire davantage le délai de livraison.

 

En termes de produits de maternité et de puériculture, la demande est très élevée chez les consommateurs locaux, parce que les Kenyans se marient tôt et qu’une famille compte en moyenne cinq enfants. Pour cela, Glovo utilise un nouveau modèle. Nous avons mis en place des stations spéciales de distribution de couches où les marques entreposeront certaines marchandises sur ces sites, ce qui équivaut à un entrepôt. Ensuite, nous listons ces sites sur l’application, et les livreurs peuvent retirer directement les marchandises sur le site. Cette disposition permet aux marques de fournir directement les marchandises aux consommateurs, sans les liens intermédiaires comme le supermarché. Lors de la commande passée, l’entrepôt reçoit la commande, et les acheteurs de l’entrepôt l’achèteront, c’est-à-dire que lorsque vous passez une commande, ils seront informés et ils prépareront les articles demandés. Le restaurant ne nécessite pas un temps de préparation aussi long, et on n’a pas besoin d’intermédiaire de supermarché. Donc, nous pouvons le livrer au client en moins de 30 minutes. À l’heure actuelle, nous avons une coopération de livraison directe avec Pampers et Huggies.

 

Au sujet des boissons, des marques de vins sont installées dans la plateforme et ont également leurs propres stations Glovo Party, mais dans cette partie, nous laissons les partenaires aider à livrer les marchandises.

 

La livraison flash est à la disposition aux clients. Tant que vous entrez le lieu de retirage l’adresse de livraison, les articles à livrer, et l’heure d’envoyer, sélectionnez le mode de paiement, puis complétez la commande, vous pouvez attendre la livraison.

 

Nous fournissons aussi l également l’achat des produits par le biais de tierce personne. Vous pouvez acheter tout ce que vous voulez. Il y a le marché Massai, des produits pour enfants, des produits de beauté, des produits de soins de la peau, des produits de lessive, des chaussures, etc. Nous recommandons ces magasins, et en revanche, ils peuvent également obtenir plus de clients via l’application. À l’avenir, nous mettrons en ligne plus de fonctions.

 

Future Hub : Vous êtes dans ce secteur depuis si longtemps, que pensez-vous du développement futur de ce secteur ? Que pensez-vous de la livraison ou du marché des services de vie locaux en 2020 et pour les trois ans prochains ?

 

Priscilla : Je pense qu’à mesure du marketing approfondi et de la connaissance de plus de clients, ceux qui n’ont jamais utilisé de tels services essayent nos services. Le marché augmentera fortement pour deux ou trois prochaines années. Nos frais de livraison ne sont que de 100 shillings, équivalant à 1 dollar américain, ce qui est très abordable. Et la popularité du paiement mobile et du déplacement par moto nous favorise grandement. Cette popularité rend notre modèle plus facilement accepté.

 

Bien que nous nous concentrions sur la classe moyenne, nous continuerons à développer le marché de villes de deuxième rang au Kenya, et à nous étendre à d’autres pays africains. Nous développons actuellement l’exploitation en Côte d’Ivoire, au Kenya, en Égypte et au Maroc et prévoyons de nous étendre à d’autres marchés dans le futur. Il y a deux ou trois semaines, nous venons d’obtenir 150 millions d’euros de financement, principalement utilisés pour agrandir l’équipe technique. Donc, notre marché va devenir de plus en plus grand. Cinq fois plus grand, peut-être. L’Éthiopie est la prochaine cible. Le Nigéria est aussi notre marché cible, qui compte 200 millions d’habitants avec un potentiel incroyable.

 

Future Hub : Vous avez fait du marketing dans différents pays. Pourriez-vous partager les habitudes des utilisateurs kenyans ? Par exemple, Dans quelle mesure acceptent-ils les nouveaux produits ?

 

Priscilla : Pendant ces cinq ans, l’industrie de la télévision au Kenya a beaucoup changé. Maintenant, si vous voulez regarder la télévision, vous devez acheter un service spécifique, de sorte que de moins en moins de personnes regardent la télévision, mais se plongent vers l’Internet mobile. YouTube et Netflix sont très populaires au Kenya. De plus, la chaîne d’information locale est diffusée en direct sur YouTube afin de fidéliser les abonnés.

 

Mais en même temps, de plus en plus de personnes accèdent à l’Internet, le marketing en ligne se développera également davantage. Le marketing est devenu plus important. Vous pouvez suivre les résultats avec le coût pas élevé, et en termes de rapport entrées-sorties, le marketing en ligne est plus rentable. Cependant, le marketing hors ligne est tout aussi important. Comme les panneaux d’affichage extérieurs, les activités de promotion hors ligne, etc. sont assez nécessaires. Si une bonne notoriété de marque hors ligne est établie, le marketing en ligne sera beaucoup plus facile. Le marketing en ligne et hors ligne est complémentaire. Lorsque vous commencez à promouvoir un nouveau produit, le marketing hors ligne est de 80 %, et le marketing en ligne est de 20 %. Puis au temps de la transition, le marketing hors ligne est de 60 %, et 40 % en ligne. À mesure que de plus en plus de personnes connaissent votre marque, vous n’avez pas besoin d’organiser les activités hors ligne, mais vous vous concentrez sur les taux du marketing en ligne.

 

Future Hub : Merci pour votre partage. De plus en plus d’investisseurs et d’entrepreneurs chinois commencent à prêter attention aux opportunités entrepreneuriales en Afrique et espèrent en savoir plus sur l’Afrique. Nous pouvons avoir plus d’échanges. Votre expérience dans les plateformes de services de vie locaux et du marketing en ligne est très riche, votre expérience peut aider plus d’entrepreneurs. J’espère la coopération entre vous et les investisseurs et entrepreneurs chinois.

 

Priscilla : Moi aussi ! Dans l’attente de plus d’échanges et de coopération !

 

Source : Reportage de la Future Hub