Actualités

Vous êtes ici: Accueil > Centre des Médias > Actualités

Les amis africains ont dressé leur pouce en admiration pour l‘aide de la Chine en matière de construction du chemin de fer et de l’hôpital

Publié le:2020-07-24 Vues:

Coopération sino-africaine

Selon une enquête publiée au début du mois de mars par Global Development Policy Center (GDP Center) de l'université de Boston aux États-Unis, la Banque de Développement de Chine a accordé l'année dernière 25,6 milliards de dollars de prêts à des projets énergétiques mondiaux, dont près d'un tiers (6,8 milliards de dollars) ont été accordés à des pays africains. En fait, la Chine joue un rôle important non seulement dans le domaine de l'énergie, mais aussi dans tous les domaines de la construction d'infrastructures en Afrique.

 

2020072401.png

 / / Photo prise le 19 octobre 2015 à Masaka (Rwanda), montrant l’hôpital de Masaka construit par la Chine. (YANG Mengxi, journaliste de l'Agence de Presse Xinhua)

 

2020072402.png

/ / Photo prise le 25 mars 2018, montrant le contrôle des billets des passagers par le contrôleur dans un train sur la ligne d’Addis-Abeba à Djibouti. (La ligne d’Addis-Abeba à Djibouti, qui est le premier chemin de fer électrifié moderne transnational en Afrique construit par des entreprises chinoises avec une chaîne industrielle complète en utilisant exclusivement les standards et équipements chinois, a été officiellement mise en service commercial en janvier 2018). (WANG Shoubao, journaliste de l'Agence de Presse Xinhua)

 

 

1. Faiblesses en matière des infrastructures en Afrique

Affecté par de nombreux facteurs, notamment l’économie, la politique, l’histoire, etc., l’Afrique subsaharienne, région qui abrite environ un septième de la population mondiale, est en bas à l'échelle mondiale dans presque tous les domaines des infrastructures.

D'une part, cette région accuse un retard considérable par rapport à d’autres régions en développement du monde en ce qui concerne le nombre d'infrastructures essentielles. En 2015, la médian d'abonnés au haut débit fixe en Afrique n’était que de 0,19 pour 100 habitants.

D'autre part, l'Afrique est loin d’être en mesure d'accéder aux infrastructures, et l'accès à l'électricité (c'est-à-dire la proportion de la population ayant accès à l'électricité par rapport à l'ensemble de la population) n’est que de 35%.

L'Afrique est confrontée à trois grands défis macroéconomiques, dont le premier est le retard dans la mise en place des infrastructures.

 

2020072703.png

/ / Photo prise le 18 juin 2018 dans un village de la Région Orientale (Ghana), montrant que des étudiants puisent de l’eau dans le puits construit par des entreprises chinoises. (ZHAO Shuting, journaliste de l'Agence de Presse Xinhua)

 

 

2. Déficit de financement dans le domaine des infrastructures en Afrique

L'amélioration des infrastructures en Afrique exige des investissements considérables, mais il y a encore un déficit important de financement dans le domaine des infrastructures en raison des contraintes financières dans divers pays et de l'insuffisance des investissements privés. Les fonds publics constituent toujours la principale source de financement des infrastructures en Afrique, et chaque année, plus de la moitié des investissements (environ 45 milliards de dollars) dans le domaine des infrastructures sont financés par les gouvernements.

Le partenariat public-privé (PPP), s’agissant d'un mode de financement populaire pour la mise ne place des infrastructures dans les pays occidentaux, est actuellement accepté par de plus en plus de gouvernements africains. Cependant, le PPP reste, du point de vue général, une force très faible sur le marché des infrastructures en Afrique.

 

2020072704.png

 / / Photo aérienne prise le 10 juin 2018 à Brazzaville, capitale de la République du Congo, montrant le Stade Municipal de Kintélé construit par des entreprises chinoises. (WANG Teng, journaliste de l'Agence de Presse Xinhua)

 

 

3. Contribution des investissements chinois

Les investissements étrangers constituent une source importante de financement des infrastructures en Afrique, en raison de la pénurie des fonds publics nationaux et de l'insuffisance des investissements privés. Qu’il s’agisse d’aider la Zambie à construire le chemin de fer Tanzanie-Zambie dans les années 1970, ou d’aider le Kenya à construire la ligne de chemin de fer à voie normale de Mombasa à Nairobi l’année dernière, la Chine est devenue une force importante dans le domaine des infrastructures en Afrique.

Selon le rapport publié par McKinsey en juin de l’année dernière, la Chine est devenu le premier investisseur étranger dans le domaine des investissements en Afrique. Le montant cumulé des investissements de la Chine dans le domaine des infrastructures en Afrique a atteint 21 milliards de dollars, bien plus que celui de la France (3 milliards de dollars) et celui du Japon (2 milliards de dollars).

Les investissements chinois en Afrique concernent les chemins de fer, les autoroutes, les ports, les champs pétrolifères et gazeux et les centrales électriques. Les principaux avantages des entreprises chinoises reposent sur le faible coût et la rapidité de remise des projets. Au cours des 30 dernières années, le développement rapide des infrastructures chinoises a donné naissance à un grand nombre d’entrepreneurs d'ingénierie qui ont des avantages de coût par rapport à leurs homologues internationaux. Même dans le cadre des appels d'offres ouverts parrainés par la Banque mondiale, les entreprises à capitaux chinois sont également des grands gagnants, avec un taux de retenue de 42%. Selon certains officiers africains, les avantages compétitifs des entreprises chinoises sont évidents dans les projets d'infrastructures. D'autres officiers ont révélé que sous les mêmes conditions de qualification et de force, les entreprises chinoises offrent souvent un prix de 40% plus bas par rapport à celui offert par le deuxième soumissionnaire le moins-disant.

 

 

2020072705.png

 / / Photo aérienne prise le 1er décembre 2017, montrant la centrale hydroélectrique de Memve'élé au Cameroun construite par des entreprises chinoises. (Agence de Presse Xinhua)

 

 

4. Importance des investissements chinois dans le domaine des infrastructures en Afrique

Ces dernières années, la Chine et l'Afrique ont mené une série de coopérations majeures dans le domaine de la construction d’infrastructures. L’introduction des fonds, des technologies et des expériences de fabrication et de gestion des équipements de la Chine dans des pays africains a permis d'améliorer le niveau d'infrastructures en Afrique, de favoriser le développement rapide de l' économie locale et d'apporter des contributions tangibles à l'amélioration des conditions de production et de vie des populations des pays africains.

Cependant, les investissements chinois en Afrique ne sont pas incontestés. En raison de la croissance rapide des investissements, certains insistent que le motif ultime de l'aide de la Chine à l'Afrique est son désir de ressources naturelles, et parlent à profusion de la « théorie de la menace chinoise ».

En fait, la Chine a toujours assumé ses responsabilités vis-à-vis du monde en tant que puissance responsable et émergente au sein de la communauté internationale.

En 2014, l’épidémie d'Ebola a éclaté en l’Afrique de l’Ouest, et la Chine était fermement à l’avant-garde de la lutte mondiale contre le virus Ebola. En 2017, lorsque plusieurs pays africains ont connu une crise alimentaire, le gouvernement chinois a rapidement offert son aide en faisant don de plus de 30 000 tonnes de vivres au Kenya, au Soudan du Sud, à la Somalie et au Tchad. À l’heure actuelle, la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) continue de se propager dans le monde entier, la Chine accorde une attention particulière à la situation en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie en Afrique, en fournissant par lots une aide matérielle à l'Union africaine et à tous les pays africains qui ont établi des relations diplomatiques avec la Chine, et en organisant de nombreux échanges vidéo entre des experts chinois et africains. Et de nombreuses entreprises chinoises et institutions non gouvernementales ont également apporté un soutien actif, ce qui a été salué par les pays africains.

Ces initiatives d'aide témoignent de la sagesse de la Chine, et leurs racines sont le dévouement et le grand amour. De même pour la « vitesse chinoise », le « monstre des infrastructures » reflète en fait que la Chine, en tant que grande puissance, met en œuvre le concept de communauté de destin pour l'humanité par des actions concrètes, tout en combattant épaule contre épaule et surmontant les difficultés actuelles ensemble avec la communauté internationale.

 

 

Fin


Source: Xinhuanet, CCTV NEWS, JIEMIAN, Changsha Evening News, JIN10.COM