Actualités

Vous êtes ici: Accueil > Centre des Médias > Actualités

Le paquebot de commerce au bord de la Xiangjiang redémarre, bénéficiant à 2,6 milliards de personnes

Publié le:2020-07-29 Vues:

HE Baoxiang a écouté spécialement le rapport du travail sur la préparation de la deuxième édition de l’Exposition économique et commerciale sino-africaine et sur l’édification du mécanisme de coopération commerciale et économique entre la Chine et l’Afrique.

 

Le 27 juillet, dans l’après-midi, le vice-gouverneur du gouvernement populaire de la province du Hunan, HE Baoxiang a présidé et convoqué une conférence spéciale, écoutant le rapport du travail du Département du commerce du Hunan sur la préparation de la deuxième édition de l’Exposition économique et commerciale sino-africaine et sur l’édification du mécanisme de coopération commerciale et économique entre la Chine et l’Afrique. CHEN Xianchun, secrétaire général adjoint du gouvernement populaire de la province du Hunan, XU Xiangping, directeur général du Département provincial du commerce, LI Xinqiu, directeur général adjoint du Département provincial du commerce ont assisté à la réunion. Des camarades concernés du Troisième Secrétariat du Bureau du gouvernement, du Bureau des affaires pour l’Asie-ouest et l’Afrique et du Secrétariat pour les affaires de l’Afrique centrale ont pris part à la réunion.

Dans la réunion, le Département du commerce du Hunan a rendu compte du programme global de la deuxième édition de l’Exposition économique et commerciale sino-africaine, les travaux préparatoires et l’édification du mécanisme de coopération sino-africaine. Le vice-gouverneur HE Baoxiang a estimé le travail préparatoire après l’écoute du rapport, en proposant quatre conseils pour les travaux suivants :

Premièrement, il faut renforcer la communication avec des ministères comme celui du Commerce, orchestrer les rapports globaux entre la progression de l’épidémie et la situation réelle relative à l’organisation de l’exposition, déterminer rationnellement la date d’organisation et optimiser le programme global.

Deuxièmement, il faut déployer complètement la fonction de l’exposition en guise de plateforme de coopération sino-africaine à l’échelon national, mettre en relief la coopération entre les provinces chinoises et l’Afrique, définir raisonnablement le pays d’honneur et la province thématique, pour améliorer l’activité et le sentiment de satisfaction de la partie africaine et la partie chinoise.

 

Troisièmement, il faut attacher l’importance aux fruits dans la coopération économique et commerciale, en continuant à réexaminer les projets majeurs conclus lors de la première édition, de façon à suivre bien la mise en œuvre et à améliorer l’efficacité de l’exposition.

Troisièmement, il nous faut déployer les avantages complémentaires mutuellement entre Hunan et l’Afrique, en agrandissant la coopération avec les pays africains dans les domaines de l’agriculture, de l’écologie, de l’énergie et de l’électricité à l’aide de divers moyens comme l’alliance des entreprises en tête et des industries, de manière à créer un ou deux cas de coopération industrielle dignes de reproduire et populariser. Cinquièmement, en matière de construction du centre de distribution, du traitement et de la transaction des produits non-ressource de l’Afrique, il faut tenir compte principalement la communication logistique entre Hunan et l’Afrique.

 

Bilan de la première Exposition économique et commerciale sino-africaine

2020.7.30.1.jpg

Le 27 juin 2019, la première Exposition économique et commerciale sino-africaine a été inaugurée à Changsha, dans la province du Hunan. Le président chinois XI Jinping a envoyé une lettre de félicitations à l’Exposition.

Au pied de la montagne Yuelu, au bord de la rivière Xiangjiang, la première édition de l’Exposition économique et commerciale sino-africaine s’est clôturée, mais le paquebot de coopération économique sino-africaine

Vient d’appareiller.

 

« La première Exposition a réuni gouvernements, autorités locales, laboratoire d’idées, entreprises, institutions financières et d’autres acteurs pour discuter ensemble le grand projet de coopération. Il est d’espérer que les deux parties renforceront l’amarrage autour de la mise en œuvre des “huit initiatives majeures” du Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine, exploreront activement de nouvelles voies de coopération, ouvriront des points de croissance pour la coopération et pousseront la coopération économique et commerciale Chine-Afrique à un nouveau niveau. » Le 27 juin 2019, à la cérémonie d’inauguration de la première Exposition économique et commerciale sino-africaine tenue à Changsha, HU Chunhua, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois et vice-premier ministre du Conseil des Affaires d’État, a prononcé la lettre de félicitations du président Xi Jinping.

 

2020.7.30.2.jpg

La séance du dialogue sur les investissements dans quatre pays africains s’est déroulée à Changsha.

 

 

Le « paquebot millénaire » recommence le départ le long de la nouvelle route de la soie

En juin, l’été de la province du Hunan est coloré.

Dans le musée de four Tongguan de Changsha, il y a un bateau Belitung restauré dans un rapport de 1:1, qui reproduit le bateau chargé des porcelaines de four Tongguan vers l’Afrique du Nord le long de l’ancienne route de la soie en ignorant les tempêtes.

Mille ans après, la grandiose initiative « la Ceinture et la Route » redémarre la nouvelle route de la soie liant l’économie et le commerce entre la Chine et l’Afrique.

Le 12 juin, à 1 h du matin, le premier vol de la compagnie aérienne China Southern Airlines liant Changsha et Nairobi est parti. Après près de 11 heures de vol, à 6 h 44 (heure locale), l’avion est arrivé à l’Aéroport international Jomo Kenyatta, situé dans la capitale, Nairobi. C’est la première ligne aérienne régulière liant la province du Hunan et l’Afrique, dont le taux de charge du premier vol est au-dessus de 90 %.

 

 

2020.7.30.3.jpg

Site de la première Exposition économique et commerciale sino-africaine

 

Le 27 juin, la première édition de l’Exposition économique et commerciale s’est tenue dans la province du Hunan, où les délégations de 53 pays africains ont participé et des organisations internationales comme Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Programme alimentaire mondial des Nations Unies, Organisation mondiale du commerce (OMC), Union africaine se sont rassemblées au Hunan. Dans l’exposition, on a conclu et signé 13 projets et accords majeurs en commerce et économie, dont la somme totale de 2,514 milliards USD, couvrant 9 pays de l’Afrique centrale, et on a signé 71 projets et accords à l’occasion des séminaires, des réunions de dialogue de coopération, des réunions de consultation et des forums de coopération.

 

« Sur le thème de la « Coopération gagnant-gagnant pour la promotion pragmatique des relations commerciales sino-africaines », la première Exposition économique et commerciale est un festin international dans le domaine de l’économie et du commerce dans le cadre de la construction de la communauté de destin Chine-Afrique plus étroite dans la nouvelle ère. À présent, on a accompli tous les programmes et a obtenu les fruits copieux. » Le 29 juin, la première Exposition économique et commerciale sino-africaine s’est clôturée à Changsha. Cette exposition a perfectionné davantage la disposition économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique et a élargi les canaux de la coopération.

 

 

À travers la formation des talents africains, créer un nouveau mode de la coopération

« Nous envoyons chaque année des jeunes scientistes en Afrique pour le développement, la propagation et la généralisation de l’hybride du riz. C’est la transmission du travail des scientistes chinois de la génération précédente. C’est une mission visant à continuer à aider les pays africains à développer l’agriculture et du riz, pour élever la production alimentaire. » Le 27 juin, dans le Forum international (Changsha) sur le développement du riz 2019, YUAN Longping, académicien âgé de 89 ans de l’Académie d’Ingénierie de Chine, a ainsi dit, ce qu’il avait exprimé a gagné les applaudissements de plus de 500 expertes en cette matière en provenance du Madagascar, de l’Égypte, du Mali, etc.

C’est l’opinion de l’académicien YUAN, mais aussi l’engagement de la Chine envers les pays africains.

 

 

2020.7.30.4.jpg

L’académicien YUAN Longping (premier avant droite), puis le secrétaire général du ministère de l’Agriculture de Madagascar, Philibert (troisième à partir de la gauche), et puis le directeur de l’Administration agricole du ministère de l’Agriculture de Madagascar (deuxième à partir de la gauche) ont mené une étude sur le terrain du riz hybride à Changsha.

 

Dans le continent loin de la Chine, une autre tempête du riz se propage en Afrique.

Production de 10,8 tonnes/hectare ! Récemment, au Madagascar, des experts chinois en technologie agricole du riz ont réussi dans la plantation du riz ! Selon les données de l’échantillon de la production, dans le cadre de 5 hectares de champ de riz dans ce pays, la production par hectare est à 10,8 tonnes, trois fois plus que la capacité de production des riz ordinaires.

Malgré 80 % de la population dans le secteur agricole, limité par la capacité de production du riz, le Madagascar importe 400 000 tonnes de riz chaque année.

« Une fois que la superficie du riz au Madagascar est étendue à 15 %, ce pays peut réaliser l’autosuffisance. » De l’autosuffisance alimentaire des Chinois à l’assistance des frères africains à résoudre les problèmes alimentaires, l’hybride du riz sortant de la Chine donne le sacrifice chinois à la sécurité alimentaire du monde.

Jusqu’à présent depuis 2012, la formation de 260 sessions a cultivé pour l’Afrique 4 980 fonctionnaires et techniciens en agriculture de 53 pays. Depuis l’assistance à la manière de la transfusion sanguine à l’aide à l’instar de la production du sang d’aujourd’hui, le riz « magique » de la Chine accélère la modernisation agricole de l’Afrique, et aide les frères africains à réaliser de manière assurée l’autosuffisance alimentaire.

 

Le visiteur africain recherche une nouvelle solution

Le 27 juin, dans l’après-midi, à l’occasion du déploiement de l’exposition, l’ambassadeur de République du Bénin en Chine, Simon Pierre Adovelande s’est occupé de jeunes africains installant dans le Centre Hunan-Afrique pour la coopération des entreprises, et donc, il a invité son homologue gabonais Baudelaire Ndong Ella à aller ensemble.

« Auparavant, en matière de coopération, nous n’attachons l’importance qu’à la construction et l’investissement des infrastructures, et ignorons l’apport des talents et l’importance des jeunes. Et ce centre peut combler la lacune. » Le principe essentiel du Centre de coopération est bien retenu par M. Simon, il y a un mois. Au moment de sa visite encore une fois, il a espéré voir plus de jeunes élites s’incorporer dans la Chine, assimiler plus d’intelligence chinoise et participer à l’industrialisation des pays africains.

 

 

2020.7.30.5.jpg

Les participants chinois et africains se sont entretenus sympathiquement.

 

Dans le but de servir bien l’introduction des entreprises africaines et la propagation des caractéristiques chinoises, autour de 9 chaînes industrielles, y compris plantation, élévation, traitement des produits agricoles, énergie, machines, construction, médecine, tourisme et commerce, le Centre Hunan-Afrique pour la coopération des entreprises a invité une équipe d’éducateurs d’entrepreneuriat composée d’entreprises connues comme Zoomlion, Beiqi Foton et Sany à assister et diriger les entrepreneurs africains et les jeunes africaines dans le Centre de coopération d’une manière particulière, pour fournir aux pays africains une série de solutions industrielles. Les éducateurs et les étudiants, ils ont participé ensemble à l’incubation des projets de commerce internationaux.

Aujourd’hui, l’Afrique est un continent d’or qui se classe aux premiers rangs en matière de minerais, d’énergie, d’agriculture, de forêts et d’autres ressources naturelles, et qui prend une place importante dans les cultures économiques comme cacao, café, mouton. Ce continent est aussi le plus grand marché de main-d’œuvre.

Aujourd’hui, la Chine est le plus grand pays en développement, la deuxième grande puissance économique et le plus grand pays partenaire commercial de l’Afrique pendant dix ans successifs.

La communication entre la Chine et l’Afrique est de plus en plus étroite, ce qui pose une base très solide pour l’approfondissement continuel de la coopération économique et commerciale. Le concours entre la Chine et l’Afrique est en train d’accueillir un point d’orgue du développement.

 

 

 

Fin


Source: People.cn, rednet.cn, swt.hunan.gov.cn